qop nutricosmetique

Actu bien-être & beauté

Grippe : pourquoi les hommes souffrent plus que les femmes ?

Règles douloureuses, péridurale, épisiotomie, accouchement, endométriose…la liste est longue des maladies et autres moments de pures douleurs physiques que doit traverser une femme dans sa vie. Des instants au cours desquels l’on conserve une éminente dignité (accouchement mis à part) en comparaison de notre bien-aimé qui au moindre rhume se pare d’un visage de souffrance prompt à faire passer le Cri de Munch pour une oeuvre de Walt Disney. Et pourtant cette expression de mal-être total est justifiée à en croire la science.

Ainsi alors que ce mercredi 15 janvier 2020, l’agence sanitaire Santé Publique France vient d’annoncer que l’épidémie de grippe a officiellement démarré en Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur et que toutes les autres régions de métropole sont en phase pré-épidémique, il va falloir être gentil avec notre homme si ce mal le frappe. Car en effet une étude publiée en 2016 dans l’American Journal of Physiology l’a prouvé par a plus b : lors d’une grippe, les femmes souffrent moins que les mâles !
Comment est-ce possible ? Grâce à nos œstrogènes, nos hormones sexuelles !

Les hormones féminines privent le virus de sa rapidité de propagation

Concrètement ! La grippe, c’est un virus qui vient s’installer dans une cellule ; à partir de là il se duplique dans l’organisme et se propage dans tout le corps. Mais bonne nouvelle pour nous, les œstrogènes présents chez une femme ont un pouvoir antiviral qui aide à lutter contre. Comment est-ce possible ? Car ils limitent la copie du virus ce qui permet donc de diminuer l’intensité de l’infection. En clair, ces hormones féminines privent le virus de sa rapidité. On tombe donc quand même malade, mais pas autant que les hommes.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont prélevé des cellules nasales (là où se loge principalement le virus) de femmes et d’hommes , puis les ont ensuite mises en contact avec de l’œstrogène et des composés chimiques rendant les cellules réactives à l’œstrogène. Après quoi ils ont finalement exposé ces cellules au virus de la grippe. A la fin de l’expérience, les chercheurs ont ainsi constaté que les cellules féminines ont montré plus de résistance que celles masculines. La charge virale présente dans les cultures de cellules nasales y était bien plus faible que chez les cellules mâles traitées également aux œstrogènes.
Encore un coup du fameux Girl Power !

Moins malade grâce à la pilule

A noter que les pilules contraceptives contiennent des œstrogènes, ce qui peut aider à se protéger lors de la grippe saisonnière. Néanmoins, Sabra Klein, co-auteur de l’étude, rappelle que ce n’est pas valable dans la totalité des cas : « On peut tout de même attraper la grippe, d’autant plus si l’on n’est pas vacciné. Les niveaux d’œstrogène sont cycliques chez les femmes préménopausées, il peut être difficile de constater cet effet protecteur dans la population générale ». Alors, garde, vous n’êtes pas non plus immunisée ; le virus est là et on sait qu’il ne fait ni manière ni distinction.

Source: Bibamagazine.fr, https://www.bibamagazine.fr/rss

qop nutri-cosmétique

2one.fr

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer